L’article « La légende du manche » largement modifié

Publié le 1 février 2018.

L’article qui parle de la découverte de l’épée brisée à l’origine de l’histoire locale paraît dans une version révisée et augmentée que je dédie à la mémoire de M. Roland Pelchat, doyen du village récemment disparu. Il existe en Afrique une belle expression qui dit ceci : quand un aîné meurt, c’est comme une bibliothèque qui brûle. Les souvenirs toujours nombreux de monsieur Roland ont permis de reconstituer plusieurs récits du passé de Manche-d’Épée.

Je l’ai rencontré chez lui la dernière fois en mai 2016 et j’en conserve un très beau souvenir. Le but de ma visite était de recueillir ses commentaires pour documenter certains articles. Il m’a par exemple parlé de la cargaison de bois du Woodstock et des huit marins ensevelis sur le plain comme cela apparait dans l’article. Il a aussi parlé de Paul Ouellette et de son désir de se porter volontaire dans l’armée.

Au sujet du manche, il se rappelait de sa mère lui rapportant les paroles des vieux qui disaient qu’on s’en serait servi comme d’un couteau à trancher; quand il était jeune, il a surveillé de près la démolition d’une maison espérant trouver dans le bran de scie qui faisait office d’isolant le fameux manche, car certains prétendaient qu’on l’y avait caché. Il aurait tant aimé mettre la main dessus, confiait-il. C’est aussi dans sa jeunesse qu’il a entendu des anciens supposer que cette épée était une rapière française. Monsieur Roland s’en va avec ses souvenirs et la légende du manche conserve une bonne part de ses secrets.

J’offre mes plus sincères condoléances à Mme Rita, Jean, Marcel et leurs familles.

Cette nouvelle version du premier article paru dans l’ordre sur le site remplace celle du 3 mai 2016 pour tenir compte de récentes recherches.