Articles

Soyez avertis des prochains articles par courriel :


 

Eudore Boucher et Edwige Cassivi, propriétaires du Café chez Roberte, date : vers 1960, coll. : Roberte Boucher
Eudore Boucher et Edwige Cassivi, propriétaires du Café chez Roberte, date : vers 1960, coll. : Roberte Boucher

Une petite vocation touristique

Publié le 14 janvier 2018.

On ne saurait prétendre que Manche-d’Épée a été une destination touristique à proprement parler sans exagération. Sur la côte nord de la péninsule, Mont-Saint-Pierre s’impose à ce titre dès les années 1940. Rivière-Madeleine constitue longtemps une escale hôtelière réputée. Comme d’autres villages, de façon plus ou moins convaincante, Manche-d’Épée joue tout de même quelques cartes pour tirer avantage de l’affluence qui débute avec l’inauguration du boulevard Perron en 1929. L’hôtel s’avère la première de ces cartes alors même qu’il devance l’idée de tourisme en s’adressant d’abord à une clientèle qui voyage par obligation personnelle ou commerciale. Viennent ensuite des cafés, un petit et un plus grand, qui tentent de séduire le vacancier pressé d’arriver à Percé. Puis, un camping s’installe pour attirer les adeptes de ce loisir qui monte en popularité. Après un long silence, le village se découvre (par la force des choses) de nouveaux atouts quand des maisons sont offertes en location pour s’imprégner de la paix du bord de mer.  

Lire la suite
Cérémonie de bénédiction de la croix, date : 23 juillet 1950, coll. : Thérèse Bond.
Cérémonie de bénédiction de la croix, date : 23 juillet 1950, coll. : Thérèse Bond.

La croix

Publié le 5 mars 2018.

La croix et la grotte que l’on voit tout en haut de la côte derrière chez Ernest et Blandine font partie de notre patrimoine à la fois historique, emblématique et identitaire. Ces deux témoins du siècle dernier expriment moins qu’à l’époque de leur élévation une appartenance religieuse ; ils ont en quelque sorte migré vers une reconnaissance citoyenne. Si la grotte et la statue de la Vierge qui l’occupe sont demeurées en l’état, la croix a été remplacée en deux occasions à cause de dégradations engendrées par son vieillissement. L’éclairage qui met le site en valeur depuis le début de la décennie révèle toutes ses nuances selon qu’il est enfoui dans les couleurs l’automne, décoré à Noël, dissimulé derrière la poudrerie l’hiver ou voilé par une brume de mer.

Lire la suite
Marie Bernatchez (1884-1970) et Euloge Pelchat (1879-1959) lors de leur mariage, date : 1901, coll. : Mariette Guillemette.
Marie Bernatchez (1884-1970) et Euloge Pelchat (1879-1959) lors de leur mariage, date : 1901, coll. : Mariette Guillemette.

Les Pelchat

Publié le 31 août 2018.

C’est en suivant le parcours de René Pelchat, embarqué sur un morutier au départ de la Normandie à destination de Gaspé au milieu du 18esiècle, que nous arrivons au couple fondateur de Manche-d’Épée. La pêche à la morue constitue le fil conducteur de leur récit qui commence peu avant les attaques anglaises contre la Nouvelle-France et se poursuit quelque temps dans la région de Bellechasse. Toutefois, ce sont les aventures de l’ancêtre en Gaspésie qui semblent impressionner son petit-fils René dit Irénée. Au point qu’avec sa femme Angélique Drouin, on le dirait irrésistiblement attiré par la péninsule où l’ancien a débarqué : un jour, il décide d’y transporter sa famille. Six ou sept générations plus tard, tentons de suivre leurs pérégrinations pour découvrir comment cette lignée a pris racine ici.

Lire la suite

« Au champ d’honneur » révisé et augmenté

Publié le 16 novembre 2018.

La connaissance de faits nouveaux, en particulier la découverte d’une lettre dans le dossier militaire de Paul Ouellette se rapportant à la fin de son séjour en Angleterre, et la tenue de cérémonies commémorant le centenaire de sa naissance m’ont amené à apporter des modifications à l’article « Au champ d’honneur » publié le 9 janvier 2017. […]

Lire la suite
Souvenir d’autrefois (Léonard Boucher), 1990, huile sur toile (12 po x 16 po), Marie Boucher
Souvenir d’autrefois (Léonard Boucher), 1990, huile sur toile (12 po x 16 po), Marie Boucher

Bonne et Heureuse Année 2019

Publié le 6 janvier 2019 - Dernière modification le 6 janvier 2019.

Chères lectrices et chers lecteurs, Tous mes meilleurs vœux pour une Bonne et Heureuse année 2019 que je vous souhaite de vivre en toute sérénité, paix et santé. Je tiens à vous remercier de poursuivre avec moi ce long récit d’un petit village qui se révèle dans la somme des articles publiés depuis 2016. Grâce à vos […]

Lire la suite
Camp de la famille de Pierre Lizotte et Maria Pelletier construit en 1933, date : inconnue, fond Jeanne Vallée; coll. Huguette Boucher
Camp de la famille de Pierre Lizotte et Maria Pelletier construit en 1933, date : inconnue, fond Jeanne Vallée; coll. Huguette Boucher

Colonie du Lac-au-Diable

Publié le 15 janvier 2019 - Dernière modification le 24 février 2019.

La question s’est posée de nombreuses fois : pourquoi des familles de Manche-d’Épée, de Madeleine et d’ailleurs vont-elles s’installer au sud du Lac-au-Diable à compter de 1933 ? Pourquoi cette décennie voit-elle se constituer plusieurs colonies dans l’arrière-pays boisé et peu accessible de la région ? Toute réponse éclairée tient dans la prise en considération de facteurs valables pour le Québec tout entier et qui sont de deux ordres : l’insistance mise par les autorités sur l’occupation du territoire pour des raisons tout aussi bien politiques, économiques que religieuses et, après octobre 1929, l’exécution d’une stratégie pour contrer les effets catastrophiques de la Grande Crise consécutive à l’effondrement de la bourse et du marché du travail. Devant les conséquences implacables du chômage, en Gaspésie comme ailleurs, et en l’absence de mesures sociales permanentes, chacun doit trouver une manière de faire vivre sa famille. Quand la pêche parvient difficilement à subvenir aux besoins de ceux qui s’y adonnent, qu’il n’y a plus de lots à acquérir, le défrichage de terres nouvelles pour l’agriculture et le commerce du bois devient la solution de dernier recours. C’est ainsi qu’en 1933, Pierre Lizotte et d’autres à sa suite montent sur le territoire du canton Lefrançois avec le projet de fonder une colonie.

Lire la suite